Les belles acoustiques Cargo Sessions Espagnoles !

// 07/06/2016

Par Renaud de Foville

Dans le cadre de la journée Espagnole sur Rectangle, voici 5 magnifiques sessions ibériques issues des légendaires Cargo Sessions.

Maria Berasarte - Session acoustique #623

Le Cargo et ses sessions nous permettent de découvrir de nouveaux horizons musicaux. Des musiques, des cultures, des sonorités que nous ne connaissions pas, que nous avions juste effleuré ou pour lesquels nous n’étions pas encore prêt !

Cette semaine nous avons tourné notre première session de Fado. Au fond d’une petite ruelle du XVIIe arrondissement on retrouve Maria Berasarte et ses trois musiciens qui viennent d’arriver dans un tout petit studio. Les retrouvailles pour eux, les présentations pour nous.

Puis très vite on se met en place dans le petit salon, Maria se change pour revêtir une magnifique robe noire. Le Fado est une musique de l’émotion, des émotions, mais aussi qui se vit, qui se joue, qui se met en scène.

Plusieurs fois pendant la session on pensera à Rebekah Del Rio et son déchirant "Llorando" découvert dans le "Mulholland Drive" de David Lynch. La voix de Maria Berasarte est envoûtante, vecteur de tant d’émotions que cela est fascinant d’être aussi proche d’elle, de ses musiciens, de se retrouver quasiment au centre, seul et de ressentir toutes ces passions !

Pourtant entre chaque morceau l’atmosphère est détendue, les regards et les sourires, le plaisir de jouer est palpable. Nous on restera sans voix devant un "Contigo", dont le passage à deux voix procure un long frisson de plaisir. Conscient de la chance de vivre un tel moment !

Borja Flames - Session Acoustique #786

Nous filmons dans une Cathédrale, au milieu d’un Bal. Non pas au milieu, mais au sous sol. Oui dans une Cathédrale au sous-sol d’un Bal. Voilà. Notre expédition dans l’univers du Saule continue. Hors du temps, hors des sentiers battus, hors limites. Alors évidemment filmer des Flames devant une Cathédrale on pourrait penser à Jeanne D’Arc et pourtant c’est Descartes que l’on croise.

Nous sommes au sous-sol, nous sommes dans un Bal, non pas un petit bal perdu, mais un bal majestueux, envoutant, qui nous fait voyager, qui nous ballade, qui nous promène, qui nous fait rêver.

Alejandra Ribera - Session Acoustique #742

Malgré un accident sur scène deux jours avant, Alejandra à tenu à faire la session. Rendez vous chez elle, à Paris. Alejandra nous reçoit dans son appartement, une grande pièce aussi lumineuse que chaleureuse. Un sourire timide et un regard envoutant, Alejandra est intimidée par la caméra, par le fait de jouer avec cet oeil inquisiteur juste à coté d’elle. Mais tout se fait en douceur, en prenant le temps de laisser sa voix légèrement rocailleuse, puissante et troublante envahir l’espace et venir nous toucher et nous émouvoir. Deux morceaux plus tard, deux facettes de son répertoire, deux univers d’une même personne, nous repartons, heureux de continuer les sessions encore un peu, pour encore quelques temps, encore quelques rencontres comme celle-ci.

Bigott - Session #578

Arriver à Petit Bain. Chercher le groupe dans un restaurant aux alentours. Rencontrer des gamins facétieux qui s’amusent aux jeux des ressemblances et s’amusent à voir en Erwan qui s’occupe de leur promo le fils caché de Robin Williams ! A se demander si il ne faut pas le filmer lui pour faire un peu le buzz sur Internet... Le moment passé est à l’image du groupe, à l’image de leur musique. Comme une bulle de savon emporté par le vent du printemps. On a envie de rester à profiter de ce moment, on a envie du soleil et de bières fraîches, on a envie de sourire et d’écouter, de danser et d’être avec des amis. La musique de Bigott fait penser au versant le plus pop des Yo La Tengo et c’est très bien ainsi.

Un grand merci à Erwan et à Petit Bain pour l’accueil encore une fois absolument adorable. Mouse Mousse

Jur - Session #531

La première rencontre c’était dans un petit restaurant parisien où le temps s’est arrêté. Le limonaire était le cadre parfait pour rencontrer et filmer Jur. Une belle rencontre, un moment magique mais hélas une catastrophe technique pour le son. Une déception à la hauteur de l’attente. Mais ni le groupe, ni le Cargo n’avait envie de renoncer et nous attendions avec impatience leur nouveau passage sur Paris. Dans le quartier Pailleron, dans le 19e arrondissement de Paris, nous nous retrouvons dans un incroyable appartement, loft, ancien garage ou tout ce que vous voulez. L’endroit rêvé pour les session, des gens adorables, un cadre unique, un piano et deux batteries à disposition et une atmosphère qui vous met tout de suite à l’aise. Evidemment cette fois ci on vérifie le son à chaque prise, on a du mal à ne pas penser à la première session et à la crainte de se retrouve face aux même problèmes. Mais rien de ceci n’empêche la bonne humeur et le plaisir de retrouver Jur, sa musique, sa voix, son incroyable sourire et son regard. On se cale, on prend ses marques, on gère le petit stress et toutes les questions techniques pour enfin se laisser aller, prendre juste le moment présent pour ce qu’il est. capturer ce moment de grâce, se laisser envouter par les charmes mystérieux et se dire que les ratés de la première session nous auront permis de revivre un très beau moment avec Jur. Juste ici

RETOUR

ARCHIVES

LES PODCASTS DE LA SEMAINE

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top