M comme Merci Marc

// 12/01/2020

Par Catherine Colard

C’est le premier de mes éditos que tu ne liras pas. C’est bien ma veine. Cette fois y’a comme un obstacle qui s’est moqué de nous, beaucoup, vite. loin. Il y a quelqu'un qui manque et, soudain, une place laissée vide dans la bande des vrais chics types. Celle d’un Ultra-Terrestre avec un ange en filigrane. Depuis ce vendredi, je déteste les surprises.

Le gars avec du sourire dans la voix était capable de tout. Même de nous quitter ainsi, l'air de rien, avec un petit clin d’oeil malicieux par-dessus son épaule en marinière et un « tadam tadam » sous la casquette. Il n’était pourtant pas pressé. Je me souviens des heures passées à parler de tout et de rien pour joindre le futile à l’agréable. Des instants qui durent, à prendre nos rêves pour des réalités. Et à en concrétiser quelques-uns.

Un mot, un geste en accent circonflexe ou un regard et, en deux temps, trois mouvements, notre pop passeur maniait l’art si subtil de partager la passion. En toute discrétion et avec la bienveillance des gens (qui nous veulent du) bien. C’est un réflexe, sans clichés tricheurs. De A à Zèbres, il en a contaminé des artistes, entre signes sur l’Orénoque et riffs de guitares. Il a construit au d'ssus d’sa tête avec et sans cheveux la plus charmante des familles à géométries variables, (re)composée à l'infini de face A en face B. C’était pas qu’un hobby, les amis.

Tu le sais, j’étais Morgan de ta poésie et de tes refrains solaires bien avant de devenir un peu ton amie. Tu es entré dans ma vie par une mélodie qu'on retient. En écoutant, alors, la K7 de la vedette, je me disais "tout est possible". Même, quelques années plus tard, de passer des plombes au téléphone pour parler de chansons étranges ou, c’était presque hier, d’envisager des projets pas si fous autour d’une pizza mille saisons. La dernière me laisse un petit goût de trop peu. Mais sur le palais reste une saveur précieuse. A charge de revanche !

C’est avec une infinie tristesse que je prends ma plume électronique, Marc, au nom de toute l’équipe de Radio Rectangle et de Freaksville Records, pour te confirmer que les parallèles se rejoignent toujours un jour. Vivement que tout recommence.

Ta place n’est pas vide parce qu’ici, le héros c’est toi. Merci.


« Prenez vos rêves
Pour des réalités »


A Juliette, Max, Charlotte, ta famille, tes amis et à tous ceux que tu as inspirés. Et c’est pas fini.

- Les podcasts « Hobby » dingues, curieux et rares de Marc Wathieu sont à savourer ici.
https://radiorectangle.be/fr/emissions/hobby.html

- Suivez les traces de notre artchiviste pas si fou.
http://www.xyzebres.be/

RETOUR

ARCHIVES

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top